Intro.


On ne disparaît pas facilement ici. C'est une de ces villes où les gens parlent beaucoup, où la population se place du côté de la loi. Vouloir s'y cacher relève d'un grand défi parce que la ville se fait soudain toute petite. Chaque personne que vous croiserez signalera votre présence... aura son cellulaire au bout des doigts. Mais les gens qui recherchaient Nadya M n'avaient rien à voir avec la police. Sauf si on compte que leurs ressources pouvaient représenter une vraie menace, ils s'agissait pour la plupart d'étrangers au monde de la rue. Pourtant, ils gardaient l'avantage du terrain, car cette métropole respire une odeur opportuniste. C'est le lieux des milles saveurs. Tous les enjeux du monde moderne s'y jouent, en ayant une chance de nouer votre destin par la première circonstance machiavélique. Ma ville restait à l'époque le refuge favoris, le décors de choix, des groupes qui font leur métier d'une nouvelle terreur. Bien plus qu'ailleurs s'y côtoyaient secrètement ceux qui admettent l'injustice. Les traqueurs dont Brian me traçait le portrait, avaient cet idéal d'immortalité qui menace de faire s'écrouler leur société bien avant qu'eux-mêmes ne soient inquiétés. Les proies, elles vaquaient à des occupations qui sont soit anonymes, soit assez low profile. On les avaient pourtant identifiées sur le volet d'après Brian. Nous avions échangé tous les trois certaines informations jusqu'au matin; ce qui m'a permis de saisir l'ampleur du problème. Juste avant l'aube Nadya M accompagnée du journaliste s'étaient dirigés vers une adresse que je leurs ai indiqué. Un endroit dont mes collègues font usage dans des circonstances semblables. Je suis rentré directement pour rejoindre ma douce moitié qui n'avait pas fermé l’œil de la nuit. Attablé à ma table de travail dans le boudoir, je me mis en tête de réunir tous les renseignements possibles sur cette affaire. La recherche internet n'a pas donné de résultat tout de suite. Mais après avoir recouper les indices que je détenais déjà, j'en suis arrivé à découvrir ce qu'il me fallait pour présenter officiellement ce dossier à mon directeur.

Merci Terry. Où se trouve-t'elle en ce moment, et que désire t'elle?
Tout ça semble sérieux. Je dirais qu'il y a là une touche de fin du monde qui me déplaît beaucoup.
Il nous faut connaître les éléments qui connectent les victimes entre elles. Intervient le petit homme au complet gris.

Le gouvernement ne fait généralement pas de cas des astuces de ces différentes instances qui lui sont lié. Lorsque le progrès menace la constitution, alors tout le monde s'inquiète. Mon rôle se résumait à justifier d'en être arrivé-là. On n'y verra que du feu et je pourrai déclarer en toute sincérité: 'Voilà! Le futur est ici. Nous préviendrons le crime en droguant ceux qui ont le profil des fauteurs de trouble. À partir de maintenant, le corp médical sera seul maître à bord.' En réalité, je préparais ce rapport sachant qu'en ville je contribuais à cacher une femme qui pouvait tout débouter. D'abord à l'instant même, c'est vingt pour cent de la population de la métropole que la loi a sacrifié aux mains du LABO. Un chiffre astrominal qui laissait craindre les pires bouleversements sociaux. Avec une surprise mitigée, j'appris bientôt que m'incombait la tâche d'établir un plan d'urgence pour la Cité. La liste des mesures à prendre en cas de réveil simultané de cette part de la société qu'on disait menaçante. Qui d'un seul accord avait été réduite à l'état de larve impuissante. À la fin de la semaine, conscient de la curiosité qui m'envahissait, je pris le risque de me rendre moi-même sur place pour transférer une seconde fois Nadya M. vers un autre lieu. En passant le portail de sécurité à la sortie des Bureaux du Renseignements où j'allais préparer le dit-Plan, j'eu vraiment honte pendant un instant en réalisant le chemin à emprunter. Celui de la trahison. D'où je viens il n'existait pas d'intérêt pour la politique, nous ne faisions aucuns cas du bien commun. Mais les émotions que l'on connait dans l'enfance m'ont appris ce qu'il faut pour continuer à vivre dans le secret. Peu importait de quel côté de la clôture je me sois trouvé, à l'heure des choix j'optais toujours pour mon propre camp..

Commentaires

Articles les plus consultés