Petit pain.

Je pratique l'anti-réussite depuis l'âge où j'ai été consciente que la pression vient des autres. Je n'ai pour ainsi dire aucune envie de respecter les codes sociaux ni de développer des besoins pour le seul plaisir d'appartenance. Ce n'est pas tant la question d'être libre. Il y a réellement chez moi un goût pour le pathétique. Je me targue d'avoir réussi à atteindre mon idéal de la femme moyenne, pas compliqué et, surtout, qui passe inaperçu en tout. Je n'ai pas de complexes psychologiques qui ont à voir avec un besoin de reconnaissance exacerbé. Sincèrement, il s'agit d'une maladie qui ne me ronge pas.

Commentaires

  1. Bravo! On devient trop facilement des moutons de nos jours!!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Articles les plus consultés